Chou rouge aigre-doux aux airelles et purée de pommes de terre

C’est lors d’un week-end en Bavière et à leurs délicieuses tables que j’ai goûté au choux rouge aigre-doux. Je me suis tellement régalée que leurs spécialités ont réveillé la lorraine carnivore qui sommeillait très très profondément en moi… J’ai osé commander des plats qui me font rarement envie à la maison, genre, un jambonneau. Je vous mets au défi de trouver ça sur le (presque) blog !

La cuisine bavaroise fait la part belle aux saveurs aigre-douces et sucrées salées. Et le seul temps d’un week-end, j’y ai plusieurs fois croisé l’airelle. Ici aussi on apprécie le chou rouge avec une touche fruitée. On le voit souvent aux pommes, il doit aussi être bien sympa avec des pruneaux. Bref, lorsqu’un chou rouge est arrivé dans le panier bio de Nom-de-code-chéri, j’ai sauté sur l’occasion en m’exclamant que celui-ci, je m’en chargeais ! Pour mettre au point ma recette je me suis inspirée de-ci de-là, n’en faisant pour finir qu’à ma tête.

Chou rouge aigre-doux aux airelles et purée de pommes de terre

Conseil d’amie : recette à éviter une veille de rencard ! Le chou laissera vos ongles violets et… Rmh, on connaît tous les effets secondaires du chou 😀

Lire la suite

Publicités

Gratin de céleri rave et pommes de terre au fromage bleu

À mi-chemin entre mon gratin de pommes de terre au roquefort et mon gratin dauphinois au chou-rave, ce nouveau gratin hivernal m’a immédiatement tapé dans l’œil lorsque Brigitte l’a publié sur son blog Les filles, à table !

Le céleri rave, on l’apprécie souvent en potage ou en purée. Voici un plat qui rend autrement justice à ce bon légume d’hiver (un peu comme ma tarte épaisse aux poireaux faisait elle honneur aux… poireaux !) J’ai beaucoup apprécié la chaleur de ce gratin, bien qu’il me faille reconnaître que la fana de fromages bleus que je suis aurait apprécié le goûter un peu plus, le céleri dominant légèrement. J’ai pourtant substitué une partie du gorgonzola de la recette par du roquefort (un reste de Chandeleur) mais à refaire, je mettrais 100% de roquefort, un poil moins de céleri, pour un poil plus de patate ! Je rallongerais aussi les temps de cuisson (ce que j’ai déjà fait dans les indications ci-dessous) car, bien que mes légumes coupés très finement étaient cuits, ils restaient un poil ferme à mon goût. Sur ce, je constate qu’aujourd’hui j’ai très envie de vous parler de « poils », ce qui avouons-le n’a pas vraiment sa place sur un blog de cuisine 😀

Gratin de céleri rave et pommes de terre au roquefort

Lire la suite

Muffins aux pépites de chocolat

Pour célébrer ma 1ère Saint-Valentin avec Nom-de-code-chéri, bien loin de mon état d’esprit sans-Valentin de l’an passé, je voulais confectionner de magnifiques crackers aux noix en forme de cœurs. Magnifiques, ils ne l’étaient que dans mon imagination. Tout ce que j’ai réussi à produire, c’est une malheureuse fournée de cœurs brisés… Je tiens à clamer ici haut et fort que je n’y vois AUCUN signe du destin. Je lui fais d’ailleurs un pied de nez en publiant ce que j’ai pu sauver sur le (presque) Facebook.

Bref, après un 1er carnage, je me suis rabattue sur une valeur sûre, un classique qui n’a plus besoin de faire ses preuves et qui me remettrait en selle, j’ai nommé : les muffins de maman 🙂 Ils m’ont permis d’écouler les pépites que j’avais exceptionnellement achetées pour doter mes Mannele d’un regard de braise. Ils m’ont surtout permis d’illuminer le regard de Nom-de-code-chéri qui s’est régalé ♥

Muffins aux pépites de chocolat

En temps normal je préfère réaliser mes chunks de chocolat noir maison, comme par exemple dans mes cookies. Mais gare aux pattes ! Ça peut s’avérer périlleux et il serait dommage de perdre un doigt pour la Saint-Valentin 😀

Lire la suite

Tarte épaisse aux poireaux 

Mon emploi du temps surchargé du moment ne me permet pas de vous retrouver aussi régulièrement que je le souhaiterais, mais pas d’inquiétude les z’amis : je m’alimente toujours et je ne lâche rien ! Entre 2 péripéties, nouvelles folles et virées insolites, j’ai pu préparer cette excellente tarte (ou quiche, appelons-la comme on veut) qui séduira à coup sûr les mordus de poireaux. Parce que c’est la pleine saison des poireaux et parce que cette tarte est aussi chaleureuse que moelleuse 🙂 Nom-de-code-chéri a dit soyeuse et je surenchéri les rimes avec juteuse !

Pour la 1ère fois je me suis permise de faire un plat moitié végé /moitié pas. Je craignais un peu les débordements mais en prenant un bon repère, pas d’inquiétude à avoir. La partie végétarienne aurait néanmoins gagné à être un peu relevée de muscade.

Recette de tarte épaisse aux poireaux

Lire la suite

Ma pâte à crêpes pour crêpes salées & sucrées

J’aime bien trop les crêpes pour les réserver uniquement à la Chandeleur. Les crêpes, je veux en manger toute l’année ! Le 2 février n’est qu’une occasion de plus de satisfaire ma gourmandise… et de déboucher une bouteille de cidre pour marquer le coup 🙂 Pour satisfaire cette gourmandise, vous vous en doutez, on ne parle pas ici d’1 crêpe au dessert, mais d’un repas complet de crêpes ! Or ma pâte a ceci de formidable qu’elle s’accommode aussi bien de garnitures salées que sucrées.

Quand je dis que ma pâte est formidable, c’est aussi parce qu’elle permet de réaliser des crêpes très fines et moelleuses à la fois. Pour ça, je la fais bien liquide. Si vous préférez les vôtres un peu plus épaisses, ou si vous craignez que votre poêle vous fasse la vie dure au moment de les retourner, réduisez la quantité de lait jusqu’à 50 cl au minimum. Ce sont les proportions initialement préconisées dans le livre jaune de Ginette Mathiot, encore lui.

Pâte à crêpes pour crêpes salées et sucrées

Pour en revenir à mon repas de crêpes idéal, il ne ressemble en rien à la pile de crêpes tiédies (et fatalement ramollies) cuites à la chaîne avant de passer à table. Parce que ça, c’est mon cauchemar. Ma crêpe idéale est si chaude que je me brûle le bout des doigts en la roulant, et comme je la garnie à même la crêpière, son fromage ou son sucre est bien fondu à l’intérieur. Alors certes, mes préférences m’obligent à rester debout aux fourneaux tandis que Nom-de-code-chéri se régale à table. Mais franchement, goûtez et on en reparle !

Lire la suite