Tarte au citron meringuée

Tout ceci ressemble à un échange standard. En intro de la recette griffonnée par J., une copine de maman que je ne crois pas connaître, il est question de la recette de gaufres de maman, en échange de laquelle elle dévoile sa recette de tarte au citron meringuée. Il y est aussi question de jardin et de beaux jours… ça aussi, c’est pour bientôt 😀

Ma pâte sablée aux amandes s’est merveilleusement bien mariée au citron, mais ses bords s’étant fort rétractés à la cuisson, mon fond de tarte n’était plus assez profond pour accueillir la totalité de la crème au citron… Qu’à cela ne tienne ! J’ai réparti le reste de crème dans 2 ramequins et les ai saupoudré de Speculoos écrasés, sympa !

Tarte au citron meringuée

Lire la suite

Pâte sablée à l’amande de Julie Andrieu

J’ai attrapé cette recette au vol sur la page Facebook de Julie Andrieu. Elle y poste régulièrement des recettes aussi simples qu’alléchantes… J’ai toujours apprécié sa façon de « dédramatiser » la cuisine et de la rendre accessible à tous. Sa pâte sablée aux amandes y servait de base à une tarte au citron, et comme par hasard, je m’apprêtais justement à en faire une ! Enfin, saison ou fête du citron à Menton, tout n’est pas toujours une question de hasard 😉

Si pour ma tarte je m’en tiendrai à la recette de maman, pour la pâte, j’ai pensé que les amandes contrebalanceraient avantageusement l’acidité du citron. En plus, je suis toujours à l’affût de nouveauté, et cette petite infidélité à ma pâte sablée familiale ne peut pas faire de mal. Les proportions sont quasi les mêmes, un peu de farine et les amandes en plus !

Pâte sablée à l’amande de Julie Andrieu

Qui dit nouveauté peut dire surprise. La bonne, c’est que cette pâte est délicieusement biscuitée, la mauvaise, c’est que ses bords sont tellement « rentrés » que mon fond de tarte n’était plus très profond… Je veillerai la prochaine fois à ne pas couper la pâte au ras du moule mais à la laisser un peu dépasser. Car oui, il y aura une prochaine fois ! Elle est trop bonne !

Lire la suite

Ma pâte à crêpes pour crêpes salées & sucrées

J’aime bien trop les crêpes pour les réserver uniquement à la Chandeleur. Les crêpes, je veux en manger toute l’année ! Le 2 février n’est qu’une occasion de plus de satisfaire ma gourmandise… et de déboucher une bouteille de cidre pour marquer le coup 🙂 Pour satisfaire cette gourmandise, vous vous en doutez, on ne parle pas ici d’1 crêpe au dessert, mais d’un repas complet de crêpes ! Or ma pâte a ceci de formidable qu’elle s’accommode aussi bien de garnitures salées que sucrées.

Quand je dis que ma pâte est formidable, c’est aussi parce qu’elle permet de réaliser des crêpes très fines et moelleuses à la fois. Pour ça, je la fais bien liquide. Si vous préférez les vôtres un peu plus épaisses, ou si vous craignez que votre poêle vous fasse la vie dure au moment de les retourner, réduisez la quantité de lait jusqu’à 50 cl au minimum. Ce sont les proportions initialement préconisées dans le livre jaune de Ginette Mathiot, encore lui.

Pâte à crêpes pour crêpes salées et sucrées

Pour en revenir à mon repas de crêpes idéal, il ne ressemble en rien à la pile de crêpes tiédies (et fatalement ramollies) cuites à la chaîne avant de passer à table. Parce que ça, c’est mon cauchemar. Ma crêpe idéale est si chaude que je me brûle le bout des doigts en la roulant, et comme je la garnie à même la crêpière, son fromage ou son sucre est bien fondu à l’intérieur. Alors certes, mes préférences m’obligent à rester debout aux fourneaux tandis que nom-de-code-chéri se régale à table. Mais franchement, goûtez et on en reparle !

Lire la suite

Boxty ♣ galettes de pommes de terre irlandaises ♣ Saint Patrick’s Day

Il y a déjà bien longtemps que je suis allée en Irlande, mais le souvenir de cette île aussi brute que chaleureuse reste intact. Ce jour de fête nationale est l’occasion de m’essayer à l’une de leurs spécialités. L’Irish Stew (ragoût d’agneau) très peu pour moi, j’ai eu envie de mettre à l’honneur l’ingrédient irlandais number one, j’ai nommé : la patate !

Selon Marmiton, la pomme de terre est le pilier de l’alimentation irlandaise dès le 12ème siècle. En 1845, une épidémie de mildiou décime les cultures, provoquant une famine historique et l’exode irlandais vers les États-Unis. La patate est néanmoins restée la star de leurs tables. À en croire Gabrielle du blog Petite Cuillère et Charentaises, ils en mettent même dans les gâteaux, comme dans ce gâteau au chocolat et pommes de terre !

Le boxty est une galette de pommes de terre bien différente de celles qu’on trouve dans ma région (cette région qui n’a plus de nom). Elle s’approche davantage d’un petit pain moelleux, surtout dans saversion au four, alors que j’ai trouvé d’autres recettes à la poêle. Ces boxties sont à accompagner d’une salade et d’une tranche de (rayer les mentions inutiles) fromage / saumon fumé / jambon. Mais franchement, si l’on zappe le poivre, ils doivent être déments avec de la confiture 😀

Boxty galettes de pommes de terre irlandaises pour la Saint Patrick’s Day

Lire la suite

Pâte à galettes de sarrasin

Bientôt la Chandeleur, l’une des fêtes chaudes à mon cœur 🙂 À défaut de pouvoir faire sauter mes crêpes cette année (trop de lait, d’œuf et de gluten, mais tellement parfaites que je vous les ferai un jour) et encore un brin sceptique pour expérimenter des crêpes « sans » (bien que je croie maintenant tenir une recette valable), je me suis essayée aux galettes de sarrasin pour la 1ère fois. En plus de leur caractère bien trempé, elles ont l’extrême avantage d’être naturellement sans lait, sans œufs et sans gluten.

Pour cette 1ère sous vos yeux, j’ai d’abord parcouru quelques recettes et oh misère ! Un œuf… Heureusement, quelques clics plus tard, Miss Cook’ sans gluten et sa belle-famille bretonne ont confirmé ce que je pensais : les galettes de sarrasin se composent uniquement de farine de blé noir, d’eau et de sel. Ouf ! Alors bien qu’étant tout à fait de l’autre bord, j’espère faire honneur à mes compatriotes bretons 😉

Pâte à galettes de sarrasin

Lire la suite

Ma pâte feuilletée maison

Laissez tomber vos appréhensions, la pâte feuilletée n’est pas compliquée à faire, il faut juste avoir un peu de temps devant soi ! Un peu de temps que l’on peut aussi employer à autre chose, puisqu’il s’agit surtout de temps de pose à respecter.

La recette vient de ma bible en cuisine, le très célèbre Je sais cuisiner de Ginette Mathiot, dont l’édition originale remonte à 1932. Ce livre de référence se lègue souvent de génération en génération. C’est le cas chez moi puisque mon exemplaire, imprimé l’année de ma naissance, me vient de ma grand-mère. Visez un peu la couverture vintage ! 🙂

Notre amie Ginette précise que la quantité de beurre peut égaler celle de farine ou descendre jusqu’au tiers de celle-ci… Exactement le genre de conseil que j’adore dans ce bouquin, car libre à nous de placer le curseur quelque part entre light et fat. Ginette coupe la poire en 2 avec 100 g de beurre, je me limite à 70 g. Elle préconise également de travailler au frais, avec un beurre de même consistance que la pâte. Après plusieurs tests, je préfère le laisser ramollir à l’avance.

Ma pâte feuilletée maison

{Edit : ma pâte n’a pas été une franche réussite cette fois… J’ai scrupuleusement suivi la recette de Ginette mais elle n’a pas feuilleté. Je vais me remettre à l’ouvrage et essayer de comprendre ce qui a pu se passer.}

Lire la suite