Aubergines alla Parmigiana {d’inspiration Jamie Oliver}

Je vous disais la dernière fois que j’avais grave la flemme… N’allez pas croire que je me suis interrompue 1 mois par fénéantise, tttt. Car il s’en est passées des choses en 1 mois ! Déjà, je vous rassure : j’ai continué à m’alimenter 😀 J’ai continué à cuisiner, à goûter, à photographier et j’ai maintenant une foule de recettes en retard à vous partager ! J’ai aussi continué à travailler sur des aspects plus techniques du blog. Des choses obscures qui ne se voient pas encore, pourtant les travaux en sous-sol se poursuivent 😉 L’été, s’est bien la saison des chantiers, non ?

Eté, été… je m’emballe un peu, pas vrai ? Ici, on peut dire qu’on frôle l’apocalypse… 3ème inondation en moins de 15 jours, faut être accroché·e. Par une chance immense notre maison a été épargnée. C’est néanmoins effrayant de constater à quelle vitesse les événements climatiques s’accélèrent. Souvenez-vous qu’il y a 2 ans, le sud-ouest du Luxembourg était frappé d’une tornade… oui, une vraie TORNADE !

Bref, j’ai eu un grand plaisir à retrouver tous les légumes estivaux (sur les étals plus que dans le potager, il est en retard mais commence à donner). Sans surprise, je privilégie encore la cuisson au four vu les températures. Or un plat gratiné que j’adore par-dessus tout et que je n’avais encore jamais eu l’occasion de cuisiner moi-même : les Melanzane alla Parmigiana ! Comprenez des aubergines à la parmesane. Je me suis inspirée de la recette de Jamie Oliver dans son livre L’Italie de Jamie. Il a sillonné l’Italie pour saisir l’essence même de leur cuisine et affirme lui-même qu’il aurait dû naître italien. Un régal !

Aubergines à la parmigiana

Jamie gratine sont plat d’un mélange de chapelure et de parmesan ET de mozarella. Vous pouvez très bien privilégier l’une ou l’autre option au choix, sans les cumuler, en fonction que vous soyez plutôt dans le team croustillant ou plutôt dans le team fondant. On a mangé à 2½ dessus, et comme le reste était un peu short pour en faire un 2nd repas, j’ai accompagné ce 2ème round de quelques pâtes qui se sont parfaitement accommodées bien sûr !

Continue reading

Carrot cake {d’inspiration Julie Andrieu}

J’ai déjà pu le constater plusieurs fois, lorsque je reçois des amis à goûter et que je propose « gâteau aux carottes ou au chocolat ? » leur réaction est sans appel. Ils marquent d’abord un temps d’arrêt (perplexes) puis répondent le plus souvent « chocolat s’il te plaît » (sûrs de leur choix). J’ai beau tenter d’expliquer que « carotte c’est un carrot cake, tu sais ? Aux épices, c’est super bon… » Rien n’y fait.

Retournement de situation le week-end dernier pour l’anniversaire de Nom-de-code-chéri ! Mon carrot cake a pris sa revanche, marquant beaucoup plus de points que son fidèle compère au chocolat (lui aussi délicieux et que je vous posterai très vite). J’expérimentais une nouvelle recette inspirée de Julie Andrieu (trouvée ici, mais avec ce glaçage ). Nos invités ne s’y sont pas trompés ! Ils ont été unanimes : il est parfait, moi j’oserais même dire divin. Qu’on se le dise, cette version supplante définitivement mes carrot cupcakes d’Halloween 2015.

Carrot cake de Julie Andrieu

Continue reading

Galette des rois à la frangipane {d’inspiration Julie Andrieu}

Qu’on se le dise, depuis 10 ans tout rond que je fais la galette, celle-ci est la moins jolie de toutes 🙁 Ma pâte n’a pas bien feuilleté. Je ne suis pas encore sûre de la raison, mais j’investigue ! La frangipane, elle, inspirée de la recette de Julie Andrieu, est toujours aussi bonne. Fan absolue de frangipane, je la surbooste avec un peu d’extrait d’amande amère.

Comme la galette, on peut façonner une couronne maison, en s’inspirant par exemple de modèles à imprimer ici ! Sinon faire les yeux doux à notre boulanger pâtissier pour qu’il accepte d’en donner une 😉

Galette des rois à la frangipane façon Julie Andrieu

Continue reading

Penne au citron comme Alain Ducasse

Je tiens cette recette d’une fiche Elle du début des années 2000. C’est bien simple, il est noté au bas d’accompagner les pâtes d’un chardonnay « dans un millésime jeune (année 2000) ». Eh oui, quand même ! C’est dire si je l’ai éprouvée, cette recette. Il faut avouer qu’elle a sauvé plus d’une situation. Elle est ultra rapide, ultra simple et fait toujours son petit effet. Il suffit d’avoir un citron, un peu de crème et le tour est joué. Parce que des pâtes, on en a toujours au placard et du parmesan, au congél’. Je vous vois tiquer ? Tttt… Les plus assidus d’entre vous se souviennent de l’astuce livrée avec le crumble de chou-fleur à la noisette. Lassée de balancer des paquets de parmesan à peine entamés mais moisis, une amie m’a conseillé de le congeler. Ainsi il répond toujours présent, il suffit de lui gratter le nez à la fourchette.

C’est néanmoins un parmesan bien parfumé et bien frais que j’ai employé cette fois. Plutôt que son aspect pratique c’est l’intérêt énergétique du plat qui comptait. Mon ami-super-héros venait affronter les Monstroplantes de mon petit jardin. J’ai donc chargé ses batteries à bloc en sucres lents. En sucres lents oui, en graisse non. Je dis « comme Alain Ducasse » car pas exactement. Je réduis sensiblement la quantité de beurre et de crème. Ces pâtes au citron n’en restent pas moins crémeuses à souhait et délicatement acidulées. Bilan : ami-super-héros 1 – 0 Monstroplantes !

Penne au citron comme Alain Ducasse

Continue reading